Kasereka Kizerbo

Les mandats d’amener ont été lancés par la cour militaire opérationnelle du Nord-Kivu, contre, le militant du mouvement citoyen Lutte pour le Changement (LUCHA) section de Beni Clovis Mutsuva, et le combattant Fiston Isambiro, coordonnateur du groupe de pression, Véranda Mutsanga section de Beni.

La justice reproche à l’un la démoralisation des troupes engagées sur la ligne de front, et à l’autre la création de mouvement insurrectionnel, l’association de malfaiteurs, l’incitation à la haine tribale dans le but de s’attaquer aux personnels de la Monusco et aux agents des Nations-Unies et organisations internationales.

Ces actions menées par la justice sont commentées différemment par les acteurs sociaux et politiques, à l’exemple du député Kasereka Kizerbo, élu de la ville de Beni, qui condamne cette attitude qui vise essentiellement à intimider ces combattants pour les faire taire. Il appelle à la sagesse de l’autorité urbaine pour que la justice mette fin à ces actions qui brisent la collaboration entre civils et militaires, c’est pourquoi il recommande un dialogue pour écouter ces groupes de pression que de vouloir les fragiliser  

Mandats d’intimidation

« Je ne fais que condamner cette attitude-là de pouvoir pourchasser les leaders des mouvements citoyens et des groupes de pression, c’est-à-dire la situation dans laquelle nous nous retrouvons maintenant. Il faut une collaboration et non pas faire une chasse à l’homme, pour ne pas briser le mariage entre la population et les services de sécurité. Ça sera une occasion pour donner l’espace à l’ennemi qui nous tue jour et nuit, et j’en appelle à l’apaisement en ce qui concerne les autorités et les services.

J’en appelle aussi à la sagesse du maire qui est le représentant du président de la République pour qu’il interpelle les services pour qu’ils puissent abandonner leur besogne, leur plan de pouvoir interpeler les leaders des mouvements citoyens. J’ai appris qu’il y a un mandat d’amener qui a été lancé contre un leader de Véranda Mutsanga et contre celui de la Lucha. Donc je condamne cette attitude et je les appelle qu’ils puissent plutôt collaborer avec ces leaders des mouvements citoyens, c’est inopportun cette action.

On n’a pas besoin de ce mandat d’arrêt, nous n’avons pas besoin d’une division mais d’une cohésion de conjuguer les efforts ensemble pour voir comment mettre l’ennemi hors l’état de nuire, et peut-être que ces leaders ont des idées qu’ils peuvent partager aux autorités, voilà pourquoi nous disons que cette interpellation peut être vue comme une complicité avec l’ennemi et ces accusations ne nous amèneront rien.

Nous sommes en train de dire aussi aux gens d’encourager les troupes au front et la population doit en tout cas se liguer pour intervenir en faveur de nos militaires. On doit plutôt écouter ces leaders que de lancer ces mandats d’amener, le plus essentiel est de dialoguer, c’est une intimidation pure et simple, disons-le comme ça, on veut faire taire les gens, mais la liberté d’expression est garantie par notre constitution », a-t-il martelé. Lire aussi: Beni : après Fiston Isambiro de la véranda, la justice lance un mandat d’amener contre Clovis Mutsuva de la Lucha

Lire :  Beni : un blessé dans l’explosion d'une bombe à Masesele

Azarias Mokonzi/Beni

Leave a Reply

Your email address will not be published.