Modeste Bahati

Il y a de quoi perdre son latin. Nommé Informateur pour identifier une nouvelle majorité parlementaire acquise à l’Union sacrée aux premières heures de 2021, Modeste Bahati s’active déjà à baliser le terrain, en attendant sans doute l’élection du Bureau définitif de l’Assemblée nationale, pour rentrer dans le vif de la matière. Lire aussi: Modeste Bahati nommé informateur par le président Tshisekedi

Mais voilà qu’autour de lui, surgissent tout à coup, comme des informateurs pirates, non désignés par personnes, mais qui, profitant pour certains de leurs entrées à la Cité de l’Union africaine, ne se privent pas de faire le travail d’informateur, sans pourtant le dire à haute voix.

Un Informateur pour rire?

Deux jours après le communiqué qui l’avait intronisé Informateur, Modeste Bahati, qui en fait, n’est modeste que de nom, avait failli manger son chapeau, quand le tout-puissant Président national ai de l’UDPS, Jean-Marc Kabund, amenait toute la cohorte des députés estampillés Union sacrée, pour un dîner arrosé chez le Président Félix Tshisekedi. Comme un message subliminal à Bahati, pour lui faire comprendre, que dans cette démarche d’identification de la nouvelle majorité, tout avait déjà été fait, et que tout ce qu’on lui demandait à lui, le bien-nommé Modeste, était de jouer au faire-valoir docile.

Et puis, il y a eu les événements du week-end dernier, avec l’arrivée presque simultanée des deux nouveaux cadors de L’Union sacrée, Moise Katumbi et Jean-Pierre Bemba, sous le prétexte d’une nouvelle rencontre de concertation avec le Président de la République.

Mais contre toute attente, ils se sont lancés l’un et l’autre, dans des consultations à tout va, des élus nationaux, même ceux qui ne sont pas de leurs obédiences respectives. En fait, en jouant les informateurs, sans en être réellement, et tout en faisant semblant de ne pas l’être.

Lire :  Kabund ne peut officiellement engager l’Udps

Aucun d’entre eux n’a eu la présence d’esprit de faire un détour chez l’informateur ne serait-ce que pour lui faire les civilités d’usage. Mais cependant, chacun a eu la prévenance de réunir les siens, pour leur dire de garder les rangs serrés, de ne pas se laisser distraire par des vendeurs de vent, et que leurs ambitions seront présentées comme il se doit à l’autorité suprême. Aucune allusion dans ces discours de rassemblement à l’informateur supposé pourtant être au centre de ce qui se passe et de ce qui va se passer.

Des appétits gloutons

Une sorte d’indifférence, envers le même informateur, de la part des autres groupes politiques. Le PPRD pétitionnaire qui se dit fort de 32 députés, n’a pas attendu l’avis de l’informateur pour réclamer haut et fort la succession de Jeanine Mabunda. De son côté, le Groupe Lamuka, n’est pas passé par la case Informateur, pour mettre en évidence ses 73 élus nationaux, revendiquant au passage la majorité au sein de L’Union sacrée, tout en brandissant une éventuelle possibilité de défection, au cas où.

L’UDPS lui-même, le parti du Président Félix Tshisekedi, ne semble pas non plus faire grand cas de l’informateur, pourtant nommé par son autorité morale. Dans le salon feutré de son bureau, Jean-Marc Kabund reçoit à tour des bras, élus nationaux et personnalités politiques de toutes les obédiences, et promets dividendes et libéralités futures, apparemment, sans se soucier de ce qu’en pense l’informateur.

Un Modeste Bahati, qui doit pourtant avoir reçu un coup de réconfort de la part de son créateur Félix Tshisekedi qui, de Oyo au Congo Brazzaville, a annoncé à sa place, une conférence de presse, et une promesse conditionnée de nomination comme Premier ministre. Une simple promesse, mais comme dit l’adage, un tiens vaut mieux que deux tu l’auras.

Lire :  RDC : impayés depuis plus de 30 mois, Assemblées et gouvernements provinciaux broient du noir !

Leave a Reply

Your email address will not be published.