Sénat : Alexis Thambwe Mwamba promet de démissionner

Le président du Sénat, Alexis Thambwe Mwamba, a promis de démissionner dès la réception de la pétition contre lui et son bureau. Il l’a dit lorsqu’il a présidé mardi 15 décembre la cérémonie de clôture de la session ordinaire de septembre de la haute chambre du Parlement.

En effet, après le départ du Bureau Mabunda à l’Assemblée nationale, Dans son discours,  une nouvelle pétition couve au sénat contre le président et son bureau, et aurait déjà réuni plus de 70 signatures sur les 109 sénateurs.

Thambwe Mwamba s’est dit préoccupé face à l’incertitude observée depuis un certain temps sur le plan politique en RDC, et a indexé certains acteurs politiques qui se livrent, depuis quelques temps, à un jeu dangereux détournant l’attention des vraies attentes du peuple sur l’amélioration de son quotidien.

« Que présage cette crise sur l’avenir du Congo ? », s’est interrogé le président du Sénat.  « Il est possible qu’effectivement quelques problèmes nous éloignent les uns des autres ou carrément nous opposent. Dans une démocratie, toutes les questions trouvent leurs réponses dans la constitution et les lois de la République», a-t-il déclaré.

Selon lui, les effets de cette incertitude politique dans laquelle le pays gît sont graves et se manifestent sur différents plans de la vie nationale.

Pour Alexis Thambwe Mwamba, l’économie nationale est mise à rude épreuve. Les entreprises fonctionnent presque végétativement, alors que le gouvernement peine à mobiliser les recettes. L’insécurité chronique déstabilise les structures sociales et économiques dans la partie Est du pays et prive le peuple congolais de la paix.

Lire :  Félix Tshisekedi au Nord-Kivu pour sécuriser l'est

Au regard de tous ces problèmes, Alexis Thambwe invite la classe politique à réfléchir sur ce que doit être le Congo de demain et y apporter des réponses pratiques. Alexis Thambwe Mwamba a cependant félicité tous les sénateurs pour le vote de la loi des finances 2021, au cours de la session de septembre. 

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.