Nganga Edo, dernier dinosaure de Bantous de la Capitale nous a quittés

Mort le 7 juin dernier à Brazza, capitale de la République du Congo, l’artiste-musicien Nganga Edo à été inhumé le mercredi 22 juillet 2020.

Resté le tout dernier cofondateur et représentant de l’orchestre “Les Bantous de la capitale” créé en 1959, Nganga Edo à tiré sa révérence  à l’âge de 87 ans.

Le gouvernement congolais à rendu un hommage mérité à celui qui était l’un des derniers patriarches de la rumba congolaise des deux Congo.

Devant plusieurs autorités du pays, notamment le Ministre de la Culture et tant d’autres personnalités du monde culturel et socio-politique.

La délégation de la RDC, conduite par     le Ministre de la Culture et des Arts, avait traversé le fleuve Congo pour assister aussi obsèques de ce pionnier de la musique à Béa.

Du côté artistes, Kiamuangana Mateta Vickys, en sa qualité d’artiste musicien, président de l’union des musiciens congolais (UMUCO) et Président de Conseil d’administration de la Société congolaise des droits  d’auteur et droits voisins (SOCODA), avait conduit quelques amoureux de l’art d’Orphée pour rendre un dernier hommage à ce dernier dinosaure de la musique congolaise.

Cofondateur de TP Ok Jazz et de Bantous de la capitale, Nganga Edo était resté le gardien d’un parcours géant de cet orchestre reconnu patrimoine culturel congolais.

Durant ses 70 d’existence, puisqu’il était fondé en 1959 avant la grande vague des indépendances de pays africains, les Bantous de la Capitale a su traversé le temps en se renouvelant à chaque époque.

Bantous de la Capitale étant parmi les plus vieux orchestres africains, Nganga Edo a fêté pour la dernière fois de sa vie, le soixante-dixième anniversaire de Bantous de la Capitale, célébré l’année dernière à Brazzaville.

Lire :  Viva la Musica en deuil, Fafa de Molokai tire sa révérence

Que son âme repose en paix auprès de l’Éternel. 

Gel Boumbe

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.