La désignation d’un porte-parole de l’opposition divise Lamuka

L’opposition devra dans quelques jours désigner son porte-parole conformément à la constitution et c’est, à cet effet que, le groupe parlementaire MS-G7 proche de Moise Katumbi, s’est présenté il y a une semaine au bureau de la présidente de l’Assemblée Nationale et du président du Sénat pour donner leur approbation.

“Complot contre le peuple congolais”

Du côté de la Dynamique pour la vérité des urnes, DVU, du candidat malheureux Martin Fayulu, ceci est conçu comme un complot monté contre le peuple congolais, afin d’enterrer définitivement sa volonté souveraine exprimée lors des élections du 30 décembre 2018 et une énième trahison des politiciens congolais : « la Dynamique pour la vérité des urnes fustige cette imposture qui tend maladroitement à légitimer Félix Tshisekedi et dénonce ce qu’elle considère comme  une énième trahison des acteurs politiques congolais, un complot monté contre le peuple congolais pour enterrer définitivement sa volonté souveraine exprimée lors des élections du 30 décembre 2018 et dont le cheval de bataille est la DVU», indique le communiqué du mardi 15 octobre dernier.

Pour Jean-Félix Senga, secrétaire exécutif permanent, et le professeur Matthieu Kalele, 1er coordonnateur adjoint de la Dynamique pour la vérité des urnes, « tous les observateurs sérieux sont unanimes pour reconnaître que les élections du 30 décembre 2018 ont été tout sauf démocratiques et ne peuvent pas constituer de fondement pour asseoir une opposition dans le sens de la loi. »

L’attitude de MS-G7 de Pierre Lumbi, Moise Katumbi, Olivier Kamitatu, Christophe Lutundula, Christian Mwando et autres, commence à tarauder quelques esprits avertis sur la diversion que ne cesse de jouer ce regroupement politique surtout quand  l’on connait d’où il est venu et quelles accointances pourraient avoir avec le régime en place. Ainsi, on peut déduire que LAMUKA est désormais au bord de son éclatement, surtout que MS-G7 ne cesse de clamer tout haut que c’était une plateforme électorale et qu’après ces échéances rien ne peut justifier son existence.

Jacques Kalokola

Leave a Reply

Your email address will not be published.