Mike Mukebayi, cet élu qui dérange !

Le bureau de l’Assemblée provinciale de Kinshasa vient de lever les immunités de Mike Mukebayi, député provincial élu de la commune de Lingwala, mardi 10 septembre 2019. Il est à présent à la disposition de la justice.

Cette annonce a été faite par le pasteur Godé Mpoyi qui dit avoir respecté l’ordre de la justice : « je ne peux pas m’opposer à la justice. J’ai appétit d’ordre. Je vais moraliser. C’est toujours urgent. Le changement des mentalités. Pour les accusations portées sur lui, selon lesquelles il s’acharnerait contre l’élu de la commune de Lingwala », ce dernier pense exécuter le réquisitoire du procureur.

De son côté, l’éditeur du journal C-News, Mike Mukebayi, reste serein et déclare à qui veut l’entendre qu’il est victime d’une cabale orchestrée par Vital Kamerhe et Godé Mpoyi pour le faire taire : « Vital Kamerhe et Godé Mpoyi cherchent à m’anéantir. Ils se sont mis d’accord pour lever mes immunités. Il y avait déjà quatre plaintes contre moi. Je ne sais si celle qui a abouti à cette décision vient de qui. J’attends de le savoir. Kamerhe a vu les autorités du parquet. Ses hommes me l’ont dit. Ils disent qu’ils vont m’arrêter, je suis celui qui dérange, qui dénonce. »

Diffamation et chantage 

Comme son collègue de Lamuka, le député national Daniel Safu, un autre baroudeur, l’élu de la commune de Lingwala est accusé de diffamation et chantage, ce qu’il rejette catégoriquement : « Personnellement, ensemble avec mes collègues députés, nous avons décidé de moraliser la vie publique. Je crois que la procédure est avancée. L’ordre de poursuite a déjà été donné. Les victimes ont déposé leurs plaintes. Ils veulent me mettre à genoux pour que j’aille les supplier. Comme face à Dieu, ils veulent que je demande pardon. Je ne le ferai pas. Je porterai mon combat jusqu’au bout. »

Il faut noter que Mike Mukebayi a été suspendu de l’assemblée provinciale de Kinshasa depuis le 03 juin passé pour une durée de 12 mois, avec rétention de ses émoluments et une interdiction formelle de se présenter au siège de l’APK.

A propos de son salaire, dont il est privé depuis quatre mois, le dérangeur ne tergiverse pas : « Quand on prive un homme de ses revenus pendant une année, c’est une volonté manifeste de le détruire, de le tuer. »

Mike Mukebayi et Godé Mpoyi se sont toujours regardés comme chien et chat depuis le début de cette législature provinciale de Kinshasa. Les élus des communes de Lingwala et de Bandalungwa devraient plutôt se concentrer sur les vrais enjeux qui les attendent dans leurs circonscriptions aussi régressées, que de se livrer une bataille sans fin et surtout qu’ils sont tous issus d’une même contrée, ayant des valeurs intellectuelles et culturelles à mettre au service de la nation congolaise.

Jacques Kalokola

Leave a Reply

Your email address will not be published.