Site icon Infocongo

Musique : Chanteur engagé, Marifa Amisi explose dans « Les corrompus »

La RDC regorge des artistes-musiciens de talents dont certains ne sont pas connus du grand public, mais on les découvre par leurs œuvres.

Le cas de Marifa Amisi Christian qui vient de larguer sur toutes les plateformes, une œuvre de grande facture dénonçant le mal de la société congolaise, intitulée « Les corrompus ».

Dans cette chanson que nous vous proposons le texte ci-dessous, ce digne fils de la commune de Kalamu parle des élus du peuple qui sont devenus des corrompus. Selon l’artiste, les députés se sont vêtus en peau d’agneau lors des élections et aujourd’hui, ils ne voient que leurs intérêts, ils deviennent les esclaves de l’Union Sacrée.

Une chanson qui touche la réalité congolaise, Marifa Amisi a démontré dans son écriture musicale que c’est un artiste-musicien engagé, révolutionnaire et panafricain. Ce natif de Kinshasa est un activiste, militant, défenseur de droit de l’homme et coordinateur de l’ASBL Mapinduzi.

Dans l’un des couplets de la chanson, « Les corrompus » indexe les représentants du peuple de s’enrichir sans tenir compte de la patrie.

Il dénonce les parlementaires d’être mûrs en promesses et nuls en réalisation ; d’êtres de corrompus en sacrifiant le peuple et en trahissant le pays.

Marifa ne se désarme pas et il chante : « Le combat continu, parce que vous êtes les ennemis de la vérité, vous avez le sang-froid, c’est pourquoi vous n’arrêtez pas à détourner le denier public. »

Le refrain de cette chanson interpelle les députés en ce terme : « Les gens qu’on avait placé confiance et envoyé au parlement sont des corrompus, ils ne voient que leurs intérêts. Ils se sont vêtus en peau d’agneau, ils nous ont oublié, ils nous ont volé, c’est triste pour nous, la population. »

Dans un autre couplet chanté par Shadow Barazizo, l’auteur écrit : 

« Regarde, le pays est par terre, ceux qui avaient volé le denier public ont fui et les autres sont sortis de prison. Le pays se développe, Kin propre, Kinshasa sans trou, le peuple d’abord, Tshilejelu ne sont que des slogans creux. »

Le chanteur se demande si dans un pays avec de forêts intenses où sont logés toute sorte des bois du monde, les écoles peuvent manquer des bancs et quand il pleut à Kinshasa, il n’y a pas moyen de circuler. Il cite les quartiers inaccessibles de la capitale après la pluie.

En sa qualité de défenseur de droit de l’homme, le chanteur interroge le député si en 2023 viendra-t-il distribuer 5000 FC et polo dans quel quartier et auprès de quel peuple ?

« Monsieur le Député, cette fois-ci, où diras-tu ton discours démagogique. Vous êtes des corrompus, il faut que les gens le sachent, vous avez trahi le pays en échange de la jeep de marque Hyundai Palissade », s’exclame-t-il avec sa voix imposante.

Il revient en charge en jetant son dévolu sur les enseignants.

« Demandes à un enseignant combien gagne-t-il pour élever ses enfants, pour nourrir sa famille. Combien d’autorités a-t-il formé, il vous enseigne avec amour mais avec un salaire insignifiant », s’exprime-t-il dans l’un des couplets.

Voici le texte de la chanson « Les corrompus »

Les gens qu’on avait envoyé au parlement sont des corrompus, les gens qu’on avait donné confiance sont de corrompus, ils ne voient que leurs intérêt les corrompus, ils se sont vêtu en peau d’agneau les corrompus,ils nous ont oublié , ils nous ont volé, c’est triste pour nous (la population)

Couplet 1 (Marifa)

Laissez-nous dénoncer, laissez-nous militer.

Laissez-nous descendre dans la rue pour le changement.

Arrêtez de nous intimider, car rien ne pourra nous stopper.

Les députés sont devenus des esclaves de l’union sacrée.

Vous êtes venus pour s’enrichir et non pour la patrie.

Messieurs, vous êtes mûr en promesse et nul en réalisation.

Députés corrompus, vous êtes de corrompus

Vous avez sacrifié le peuple et trahi le pays, vous êtes de corrompus.

Le combat continu, parce que vous êtes les ennemis de la vérité, vous êtes sang-froid et pourquoi vous n’arrêtez de détourner le denier public.

Où en sommes-nous, où allons-nous avec cette justice dépendante et partiale et où en finirons nous.

État de droit ou État des rois, ils volent des millions de dollars après c’est la liberté provisoire.

Pendant que je dénonce, je m’en veux à la censure depuis que la liberté d’expression est devenue l’objet d’interpellation judiciaire.

Aucun de vos travaux n’avance, le projet Tshilejelu et les travaux des jeux de la Francophonie n’avancent pas.

Dans la capitale l’insalubrité est devenue un point focal, qu’on se le dise Kinshasa Bopeto est un échec total.

Refrain (shadow barazizo)

Les gens qu’on avait envoyé au parlement sont des corrompus, les gens qu’on avait donné confiance sont de corrompus, ils ne voient que leurs intérêt les corrompus, ils se sont vêtu en peau d’agneau les corrompus,ils nous ont oublié , ils nous volé, c’est triste pour nous (la population)

Couplet (shadow barazizo)

Regarde comme le pays est par terre, ceux qui avaient volé le denier public ont fui le pays et les autres sont sortis de la prison, ils nous ont amené les slogans que le pays développe, Kinshasa propriété, Kinshasa sans trou, le peuple d’abord, Tshilejelu, un pays avec plein de forêts mais les écoles manquent les bancs et quand il pleut à Kinshasa n’y a pas moyen de circuler.

Couplet 2 (Marifa)

Les pluies se sont succédé, fais un tour à Mososo, fais un tour à Mombele, à Kimbangu, à Mompono.

Fais un tour à Mapela, fais un tour à Makala, fais au moins un petit tour au croisement des avenues Kimwenza et Kapela.

Député 2023 viendras-tu dans quel quartier ?

Député dans quel quartier donneras-tu 5000 franc congolais à quel peuple donneras-tu tes Polos, monsieur le député cette fois-ci où diras-tu ton discours démagogique.

Vous êtes des corrompus, il faut que les gens le sachent, vous avez trahi le pays à l’échange de la Hyundai Palisade.

Demandes à un enseignant combien gagne-t-il pour élever ses enfants.

Demandes à un enseignant combien gagne-t-il pour nourrir sa famille.

Combien d’autorités a-t-il formé, il vous enseigne avec amour mais avec un salaire insignifiant.

État de droit !

État de droit !

Refrain (shadow barazizo)

Gel Boumbe

Quitter la version mobile